Contenu

La forêt à Mayotte

Mayotte offre une grande diversité de composantes paysagères à dominante arborée alternant forêts et systèmes « agroforestiers ».
Les formations ligneuses susceptibles d’être qualifiées de forêt ne couvrent en réalité qu’une fraction limitée du territoire estimée à 8% de la superficie (Etude typologie forestière Agrifor 2010). Elles occupent principalement les reliefs et sols pentus de l’île et concentrent une large majorité d’espèces indigènes et endémiques.
En dehors de ces zones refuges d’altitude, la majeure partie du patrimoine forestier est constituée de forêts « secondaires », ayant subi d’importantes perturbations d’origine humaine. Elles résultent principalement de la succession de phases de cultures sur brûlis et de jachères forestières, qui ont favorisé notamment l’établissement d’essences d’origine exotique au détriment de la végétation originelle.
Hors du domaine public soumis au régime forestier (forêts domaniales et départementales), ces forêts « secondaires », présentes sous forme d’unités écologiques de dimensions réduites et fragmentées, sont étroitement associées à différents systèmes de culture pour constituer le domaine « agroforestier », terminologie qui fait globalement référence à tous les systèmes agricoles sous couvert forestier ou arboré plus ou moins dense.
La protection de ces différents milieux forestiers ou agroforestiers, même s’ils ne sont pas toujours constitués d’espèces indigènes, assure la résilience naturelle des milieux et la conservation de la forêt mahoraise constitue un enjeu déterminant en matière de maintien de la biodiversité, de protection des sols et de préservation de la ressource en eau.