Contenu

Agroalimentaire

Selon une étude récente (2015) de l’INSEE, les activités agroalimentaires (y compris le secteur informel) représenteraient 1/3 de l’activité industrielle de l’île. Les entreprises de ce secteur sont peu nombreuses :
Dans le secteur amont ou directement aval de la production agricole locale, on recense un seul opérateur significatif de fabrication d’aliments du bétail et deux structures de conditionnement des œufs. Aucun abattoir de bovins n’est encore présent dans l’île et il n’existe qu’un seul abattoir de volailles (atelier relais rattaché au lycée professionnel agricole de Coconi).

Dans le secteur de la transformation des fruits & légumes, 6 toutes petites structures familiales fréquentent régulièrement l’atelier-relais pour fabriquer des jus de fruits, confitures, papaye râpée, fruits confits et secs, etc. Une structure coopérative, la COOPAC (en commercialisation de F&L) a développé son propre atelier de fabrication.

Dans le secteur plus aval, quelques plus grosses structures opèrent à partir essentiellement de matières premières importées : découpe de viande, boulangerie industrielle, plats cuisinés, boissons, yaourts. La fabrication d’essence d’ylang-ylang pour la parfumerie et les cosmétiques, qui représentait un secteur phare (potentiel de production de 3 à 4 tonnes par an), n’exporte plus de manière organisée depuis 2013.

Or, les besoins en produits frais et transformés sont de plus en plus importants à Mayotte : démographie en hausse, élévation du niveau de vie, évolution des goûts (légumes découpés surgelés, plats préparés, etc.), demandes de la restauration collective (40 000 collations livrées actuellement dans les écoles et à l’hopital).
Les enjeux actuels portent donc sur 3 points, inscrits en priorité dans le cadre du PDR Mayotte 2014-2020) et du POSEI :